bienveillance

bienveillance [ bjɛ̃vɛjɑ̃s ] n. f.
XIIe; de bienveillant
1(jusqu'au XVIIIe) Sentiment par lequel on veut du bien à qqn. altruisme. « Amour de bienveillance et amour de concupiscence » (Descartes).
2Mod. Disposition favorable envers une personne inférieure (en âge, en mérite). bonté, indulgence. Montrer de la bienveillance à qqn. Les marques de bienveillance d'un protecteur. Je sollicite de votre haute bienveillance..., formule de politesse que l'on adresse à un supérieur de très haut rang lors d'une requête. ⇒ faveur, grâce. Mise en valeur des qualités. Parler avec bienveillance d'une œuvre, de son auteur.
⊗ CONTR. Hostilité, méchanceté. Malveillance, sévérité.

bienveillance nom féminin Disposition d'esprit inclinant à la compréhension, à l'indulgence envers autrui : Interroger des candidats avec bienveillance.bienveillance (expressions) nom féminin J'ai l'honneur de solliciter de votre haute bienveillance…, formule par laquelle on adresse une requête à un supérieur. ● bienveillance (synonymes) nom féminin Disposition d'esprit inclinant à la compréhension, à l'indulgence envers autrui
Synonymes :
- bénignité
- bonté
- cordialité
- débonnaireté
Contraires :
- animosité
- hostilité
J'ai l'honneur de solliciter de votre haute bienveillance…
Synonymes :
- compréhension
- mansuétude

bienveillance
n. f. Disposition favorable à l'égard de quelqu'un. Montrer, témoigner de la bienveillance à, envers quelqu'un.

⇒BIENVEILLANCE, subst. fém.
A.— MOR. [La bienveillance comme vertu ou comme comportement général] :
1. Selon Hutcheson, le principe de la vertu dans l'âme, est la bienveillance... Il la définit ainsi : « Une affection qui vous porte à désirer le bonheur de notre prochain ».
COUSIN, Cours d'hist. de la philos. mod., t. 4, 1847, pp. 149-150.
1. Disposition généreuse à l'égard de l'humanité. Bienveillance universelle :
2. ... que ta première passion soit le mépris des traîtres et la haine des tyrans; que ta devise soit : protection, amour, bienveillance pour les malheureux, guerre éternelle aux oppresseurs!
ROBESPIERRE, Discours, Sur la guerre, t. 8, 1792, p. 110.
3. Je ne suis pas indigne du jour sacré qui se lève pour moi. Je me sens le cœur plein de bienveillance, de paix, d'amour universel. Que ne puis-je de cette mer de bonheur dont je me sens inondé donner au monde une goutte!
MICHELET, Journal, 1849, p. 15.
4. ... si l'on tient compte des difficultés sans nombre de la condition humaine, la bienveillance générale est la vraie justice.
RENAN, Feuilles détachées, 1892, p. 19.
P. métaph. :
5. Geneviève couchait au-dessous de ma chambre; (...) les mêmes parfums, les mêmes bruits devaient l'atteindre, et peut-être avait-elle cédé à la douceur de l'abandon devant tant de tranquillité et de bienveillance qui flottaient sur les champs comme une buée matinale.
BOSCO, Le Mas Théotime, 1945, p. 82.
2. Qualité d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. Bienveillance mutuelle :
6. ... « Vieillard, n'espère plus d'exciter aucune sympathie dans le cœur d'un homme! la coupe de la bienveillance est tarie pour toi; la tendresse, l'affection, la douce et compatissante amitié, se sont retirées devant tes rides et tes cheveux blancs. »
CHÊNEDOLLÉ, Journal, 1833, p. 169.
7. La bienveillance n'est-elle pas en quelque sorte le « charme » de la bienfaisance? Entre l'acte inspiré par l'amour et l'apparence conforme il peut n'y avoir aucune différence, tant est douteux et ambigu le bon mouvement, qui est l'âme intentionnelle de la bonne action...
JANKÉLÉVITCH, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien, 1957, p. 66.
B.— Usuel [La bienveillance comme attitude concrète dans les relations d'une pers. avec une autre qu'elle peut favoriser ou ne pas favoriser] Disposition particulièrement favorable à l'égard de quelqu'un. Anton. dédain, hauteur, hostilité :
8. ... Monsieur le Président, (...) je rends hommage à votre bienveillance, à votre courtoisie, à votre sentiment de la gravité de la situation.
R. MARTIN DU GARD, Jean Barois, 1913, p. 387.
En partic. [En parlant de l'attitude d'un supérieur à l'égard d'un inférieur] :
9. « Nous vous prions très humblement, Monseigneur, (...) de nous accorder votre bienveillance et votre protection. Nous tâcherons de ne pas nous en rendre indignes, par notre soumission à tous les ordres de Votre Grandeur. »
TOCQUEVILLE, L'Ancien Régime et la Révolution, 1856, p. 116.
10. « — Monsieur le Ministre, je viens solliciter de votre haute bienveillance l'accès de la magistrature. »
A. FRANCE, L'Orme du mail, 1897, p. 173.
Loc. Par mesure de bienveillance; par pure bienveillance :
11. Par mesure de bienveillance, les salariés dont le conjoint bénéficie soit d'une pension d'invalidité en application d'une législation de Sécurité Sociale, soit d'une rente d'accidents du travail, peuvent, (...) continuer à percevoir l'allocation de salaire unique.
Le Figaro, 19-20 janv. 1952, p. 4, col. 7.
SYNT. a) Bienveillance aimable, amicale, attentive, exquise, naturelle, native, souriante, sympathique; généreuse, grande, parfaite, tendre, touchante bienveillance. b) Un esprit, un mouvement de bienveillance; être rempli de bienveillance. c) Honorer qqn de sa bienveillance; marquer, montrer, témoigner de la bienveillance à qqn; réclamer la bienveillance de l'auditoire; faire appel à, mériter la bienveillance de qqn; recommander qqn à la bienveillance de qqn; accueillir, écouter, recevoir qqn avec, sans bienveillance; manquer de bienveillance.
PRONONC. :[]. Antérieurement à DG, tous les dict. consultés, à l'exception de LAND. 1834, recommandent de ,,mouiller les deux ll``.
ÉTYMOL. ET HIST. — Ca 1175 bienvoillance « disposition favorable envers qqn » (B. DE STE MAURE, Troie, 24988 dans T.-L.); av. 1307 bienveillance (GUIART, Roy. lign., t. 1, v. 924 dans GDF. Compl.); 1680 spéc. « disposition favorable d'un supérieur envers un inférieur » (RICH.).
Dér. du rad. de bienveillant (suff. -ance), sur le modèle du lat. benevolentia (TÉRENCE, Heaut., 1, 1, 63 dans FORC.) d'où concuremment, benevolence, benivolence (XIIe-XVIe s. dans T.-L., GDF.).
STAT. — Fréq. abs. littér. :1 130. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 2 461, b) 1 460; XXe s. : a) 1 166, b) 1 220.
BBG. — FEUGÈRE (F.). La Volière de Marie de France. Déf. Lang. fr. 1970, n° 54, p. 10.

bienveillance [bjɛ̃vɛjɑ̃s] n. f.
ÉTYM. V. 1175, bienvoillance; de bienveillant.
1 Vx. Disposition qui incline à vouloir du bien à autrui. || Une bienveillance naturelle. Bonté; altruisme, bénignité (littér.), cœur, débonnaireté (littér.), douceur, humanité, mansuétude, volonté (bonne volonté), vouloir (bon vouloir). || Un sentiment de bienveillance. || L'amour (cit. 6) de bienveillance, selon Descartes.
2 Littér. ou style soutenu. Disposition favorable à l'égard de qqn. Affabilité, amabilité, cordialité. || Une bienveillance active. Bienfaisance, obligeance. || Témoigner, manifester, montrer sa bienveillance. || Donner des marques de bienveillance. || Une bienveillance inépuisable, à toute épreuve.
1 (…) Cher ami,
Les marques de ta bienveillance
Sont communes en mon endroit (…)
La Fontaine, Fables, VIII, 22.
2 Tant de rares qualités ne lui acquirent pas seulement la bienveillance du peuple, mais encore l'estime et la familiarité des rois.
La Bruyère, Discours sur Théophraste.
3 (…) laissons la bienveillance naturelle et l'urbanité faire chacune leur œuvre, sans que jamais rien de vénal et de mercantile ose approcher d'une si pure source pour la corrompre ou l'altérer.
Rousseau, Rêveries…, 9e promenade.
4 Un enfant est donc naturellement enclin à la bienveillance, parce qu'il voit que tout ce qui l'approche est porté à l'assister (…)
Rousseau, Émile, IV.
5 La bienveillance associe à nos facultés et à nos jouissances les jouissances et les facultés de tous les êtres qu'elle embrasse.
Joseph Joubert, Pensées, V, 57.
6 Quiconque éteint dans l'homme un sentiment de bienveillance le tue partiellement.
Joseph Joubert, Pensées, V, 59.
7 Seule cette chère maman, en sa bienveillance, m'accordait de l'esprit.
France, le Petit Pierre, XXIX.
8 REM. La bienveillance et la bienfaisance sont aisées à distinguer. L'une consiste à vouloir et l'autre à faire du bien; l'une s'en tient au désir, l'autre en vient à l'accomplissement.
Lafaye, Dict. des synonymes, Bonté…, bienveillance.
(1680, Richelet). Spécialt. Disposition favorable envers une personne inférieure (en âge, en mérite). Bonté, complaisance, indulgence. || Montrer de la bienveillance à qqn. || Honorer qqn de sa bienveillance. || Faire appel à, se concilier, gagner la bienveillance de qqn. Faveur, grâce (se concilier les faveurs, les grâces…). || Jouir, profiter, abuser de la bienveillance d'un protecteur. || Ce grand critique parle de l'auteur, du livre avec bienveillance. || Être placé sous la haute bienveillance d'un ministre. || Il l'a pris comme secrétaire par bienveillance.
(Choses). || La bienveillance de son accueil, d'un procédé. Honnêteté (vieilli).
CONTR. Animosité, antipathie, dédain, dureté, hauteur, hostilité, malveillance, méchanceté, volonté (mauvaise volonté).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • bienveillance — BIENVEILLANCE. s. f. Affection, bonne volonté, disposition favorable envers quelqu un. Se sentir de la bienveillance pour quelqu un. Gagner, captiver, se concilier la bienveillance de quelqu un. Le Prince l honore de sa bienveillance. Il a reçu… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • bienveillance — Bienveillance. s. f. Affection, bonne volonté, bonne disposition qu on a pour quelqu un. Gagner, captiver, se concilier la bienveillance de quelqu un. Il se dit ordinairement du superieur envers l inferieur. Ce Prince vous honore de sa… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Bienveillance — (frz., spr. bĭängwejángß), Wohlwollen; bienveillant (spr. bĭängwejáng), wohlwollend …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Bienveillance — (frz. Biängveljangß), Wohlwollen, Gewogenheit; bienveillant (biengweljang), wohlwollend, gewogen …   Herders Conversations-Lexikon

  • bienveillance — Bienveillance, Beneuolentia, Bonus in aliquem animus …   Thresor de la langue françoyse

  • Bienveillance — Sur les autres projets Wikimedia : « Bienveillance », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) La bienveillance est la disposition affective d une volonté qui vise le bien et le bonheur d autrui. Le terme est calqué sur le… …   Wikipédia en Français

  • bienveillance — (biin vè llan s ; ll mouillées, et non biin vè yan s ) s. f. Disposition favorable de la volonté. La bienveillance avec laquelle vous m écoutez. Avoir de la bienveillance pour quelqu un. Gagner, se concilier ou s attirer la bienveillance de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • BIENVEILLANCE — s. f. Affection, bonne volonté, disposition favorable envers quelqu un. Se sentir de la bienveillance pour quelqu un. Gagner, captiver, se concilier la bienveillance de quelqu un. Le prince l honore de sa bienveillance. Il a reçu des marques non… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • BIENVEILLANCE — n. f. Disposition favorable envers quelqu’un. Se sentir de la bienveillance pour quelqu’un. Gagner, captiver, se concilier la bienveillance de quelqu’un. Son chef l’honore de sa bienveillance. Il a reçu des marques non équivoques de sa… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • bienveillance — nf. => Bonté …   Dictionnaire Français-Savoyard

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.